lundi 13 janvier 2020

Isielle et Olkan un conte de Charles Chehirlian

Bonne année 2020,
Serais-je plus assidue ... gageons que oui.

Ces dernières semaines, j'ai beaucoup lu. Au détour de ma bibliothèque, j'ai croisé " Isielle et Olkan, Contes et légendes d'Hashkaria" de Charles Chehirlian (2019, éditions Archancourt, 135 pages, isbn : 978290172830).

Voici mon avis :

"L'île d'Horterheim parait imprenable. Alors, pourquoi les Kulhgordians s'évertuent-ils à l'attaquer sans relâche ? Sur fond de guerre, Olkan, le saltimbanque et Isielle, la fille du comte se vouent un amour sans faille. Le père de cette dernière, opposé à cette union, la retient prisonnière. 
Olkan sera prêt à tout pour sauver sa belle.
  
Chacun à sa partition à jouer dans cette bataille, et les ennemis s’uniront pour défendre leur vie. Et si le destin avait le dernier mot ?"

L'auteur offre un conte en apparence léger mais qui incite à réfléchir sur les actes de chacun et leurs justifications. Je dirai qu'il y a du Tolkien dans ces pages.  Charles entraîne le lecteur dans un univers complexe et singulier : "son monde". La psychologie des personnages est aboutie. L'histoire offre de nombreux rebondissements et une issue inattendue.

J'ai beaucoup aimé ce conte qui s'adresse aux grands enfants amateurs de fantaisie (et aux adultes qui sont restés des enfants). J'entrevois le commencement d'une série d'histoires courtes. A suivre...

D'un point de vue pratique : le petit format (A5), le poids (140 gr). ainsi que la couleur des pages a peine ivoire sont des avantages indéniables. Pour moi qui lit aussi bien dans le métro que sur ma terrasse au soleil, ça a une grande importance. Sans oublier bien sur le prix : pour 8 euros le voyage peut commencer en terre d'Horterheim


Si j'ai un bémol à relever, c'est qu'il a fallu que je m'y reprenne à deux fois pour entrer dans l'histoire. Les deux premiers  chapitres sont ardus, le temps de poser le décor. Ensuite, les pages s'avalent et je me suis délectée.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire